top of page

sam. 10 août

|

Collégiale Saint-Martin

L'orgue fait son cinéma #3 - La Brigue - Paris qui dort, René Clair (1925)

Orgue G.B. Lingiardi & Fils, 1849, opus 90 - Soirée L'orgue fait son cinéma #3 - Paris qui dort, René Clair, 1925 (59min) - Freddy Eichelberger, improvisation à l’orgue // 20h30 : Discussion et film

L'orgue fait son cinéma #3 - La Brigue - Paris qui dort, René Clair (1925)
L'orgue fait son cinéma #3 - La Brigue - Paris qui dort, René Clair (1925)

Heure et lieu

10 août 2024, 20:30

Collégiale Saint-Martin, 06430 La Brigue, France

À propos de l'événement

[FR] Et si tout mouvement humain et mécanique était arrêté un beau matin dans la ville de Paris par un savant fou et son rayon diabolique... Tel est le sujet du film aux compositions visuelles surprenantes centrées sur les lignes de fer dessinées par la Tour Eiffel. C’est là que se réfugie un petit groupe de personnes ayant échappé au rayon, profitant des jouissances liées à la situation avant de glisser vers l’ennui. Et si René Clair représentait le mouvement du cinéma dans ce qu’il a de plus rare et de plus précieux…

Freddy Eichelberger, formé d’abord à l’orgue et au clavecin, se consacre avant tout à la musique de chambre sur instruments anciens et au théâtre musical. Son goût croissant pour l'improvisation l'a amené à jouer avec des musiciens de toutes origines et à enseigner ponctuellement au festival d'improvisation de Lausanne, dans divers conservatoires ou académies d'été. Installé à Marseille, il veille sur l'intégrale des cantates de Bach en concert au temple du Foyer de l'âme à Paris.

20h30 Discussion sur la place de l'église autour du film et de l’histoire de l’improvisation à l’orgue au cinéma.

21h Projection du film (59min.) : l'espace d'un soir, l'église accueille un grand écran pour projeter un film muet accompagné en direct par une improvisation à l’orgue

Collégiale Saint-Martin, La Brigue

Entrée libre. Tout public. Soirée Enfants et famille.

[IT] Cosa succederebbe se tutti i movimenti umani e meccanici della città di Parigi venissero bloccati una bella mattina da uno scienziato pazzo e dal suo raggio diabolico? Questo è il soggetto del film con le sue sorprendenti composizioni visive incentrate sulle linee di ferro tracciate dalla Torre Eiffel. Un piccolo gruppo di persone sfuggite al raggio, si rifugia prima approfittando dei piaceri legati alla situazione poi annoiandosi. E se René Clair rappresentasse il movimento del cinema nella sua forma più rara e preziosa?

Partager cet événement

bottom of page